Recrutement de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) : l’Assemblée Nationale donne le feu vert

Débats parlementaires

Si le projet de loi a fait couler beaucoup d’encre et de salive au sein de l’opinion publique et la classe politique, c’est à l’unanimité des 124 députés votants du mardi 21 janvier 2020, que l’Assemblée nationale burkinabè l’a adopté.

Cette nouvelle loi va permettre au Burkina Faso, de « disposer d’un cadre juridique approprié pour encadrer la participation des populations dans la lutte contre le terrorisme », à en croire la commission des affaires générales, institutionnelles et des droits humains (CAGIDH). En adoptant le projet de loi, la représentation nationale permet au Gouvernement, de procéder à « la levée d’auxiliaires pour la défense de la patrie, « dans un cadre organisé, légal et républicain », a avancé le Ministre de la Défense, Shérif Sy.

La loi comporte 23 articles reparti en 5 chapitres. Son article 2, relatif au statut du volontaire indique que : « le Volontaire pour la défense de la Patrie est une personne physique de nationalité burkinabè, auxiliaire des forces de défense et de sécurité, servant de façon volontaire les intérêts sécuritaires de son village ou de son secteur de résidence, en vertu d’un contrat signé entre le volontaire et l’État ». Il est interdit aux volontaires de poser des actes de police judiciaires, précise par ailleurs la loi.

Si certains députés ont reconnu des insuffisances au projet de loi, beaucoup ont reconnu des efforts de la part du Gouvernement dans son élaboration. Selon le député Alpha Ousmane, « c’est l’une des rares fois où le Gouvernement en déposant le projet de loi, a pris le soin d’y joindre le décret (textes) d’application. Il estime que c’est une preuve probante que « le Gouvernement sait d’où nous venons (le Burkina Faso) et où il veut aller ». Avis que le député Yahya Zoungrana ne partage pas entièrement. Pour lui, le projet de loi, a plus été guidé par l’émotion que par la recherche d’une solution précise.

Selon Shérif Sy, le réaménagement du budget alloué au Ministère de la défense, pour l’exercice 2020, va permettre de supporter le coût du recrutement des premières cohortes de volontaires.

En rappel, la priorité accordée à la lutte contre le terrorisme s’est traduit par l’élévation des budgets de la Défense et de la Sécurité, respectivement à 220 et 104 milliards de FCFA, dans le cadre de la loi de finances pour l’ exécution du budget de l’Etat, exercice 2020, adoptée le 5 décembre 2019.

Cynthia Valéa

Droitinfo.bf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *