Les droits et les devoirs de la femme selon la religion chrétienne catholique

Les ABC du droit

Dans la soirée du 02 mars 2020 s’est tenu au sein de la CCB Saint Augustin de la paroisse Christ Roi de Pissy à Ouagadougou, une conférence sous le thème : « droits et devoirs de la femme et de la fille dans la famille et dans la société ». Cet échange a été présidée par monsieur l’abbé Joseph Ilboudo, prêtre de la paroisse. Au cours de cette semaine dédiée à la commémoration de la journée internationale des droits de la femme, la CCB a voulu à travers un enseignement permettre une meilleure compréhension des droits et des devoirs de la femme selon le droit canonique.

L’émancipation a tendance à détruire la femme, à en croire l’abbé Joseph Ilboudo. « Elle est une promotion de ce que l’on appelle la « théorie du genre », qui selon l’Occident consiste à mettre dans la tête des Hommes que lorsqu’une personne nait on ne doit pas lui faire savoir qu’elle est un garçon ou une fille, c’est à elle de choisir qui elle veut devenir », a poursuivi le prêtre. Selon lui, la théorie du genre est établie pour favoriser l’homosexualité.

Des droits de la femme

Selon le conférencier, les droits c’est ce que l’on peut légitimement attendre des autres, ce que l’on peut réclamer aux autres ou à la société pour notre épanouissement humain, spirituel et intellectuel.
Selon l’Eglise, la femme a le droit d’être aimé par son mari et c’est dans ce sens que Saint Paul a dit ceci « vous les hommes aimez vos femmes comme le Christ a aimé l’église ».

La femme a droit à la vie comme tout humain et ce droit est inaliénable. Elle a droit à l’éducation, à la liberté spirituelle et religieuse. Un homme ne doit empêcher sa femme de prier, en ce sens que la religion relève de la conscience de chacun. Le libertinage ne peut pas constituer un droit. Par ailleurs, la femme a droit à la liberté matrimoniale. L’abbé Joseph Ilboudo estime que chaque femme doit se battre pour ses droits.

…avoir des droits implique également qu’on a des devoirs

Les devoirs c’est ce que les autres et la société peuvent attendre de nous. Ce qu’ils peuvent nous réclamer pour leur épanouissement intellectuel spirituel et culturel. Pour notre conférencier chaque femme a le devoir de se soumettre à son mari comme l’église est soumise au Christ. Mais parlant de soumission, il explique cependant que cela ne veut pas dire qu’elle doit faire tout ce que son mari lui demande. La soumission de la femme doit être juste et légitime. Par exemple, un homme ne doit pas empêcher sa femme de prier. La prière est plus importante que la volonté du mari. L’exemple concret est celui de la vierge Marie qui malgré qu’elle soit la mère de Dieu est restée soumise à son époux Saint Joseph.

Pour conclure le conférencier a préciser que sa conception est à l’intention des fidèles chrétiens catholiques. Cependant, si une personne d’une autre confession religieuse veut en user ce serait une joie pour lui.

Judith Kabré
Droit Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *