« J’ai tenté d’enlever le couvercle de la machine du GAB pour en retirer de l’argent »

Bibliothèque Revue des Cours et Tribunaux

Monsieur Kiemde, prévenu pour tentative de vol comparaissait le mardi 19 mai 2020, devant le tribunal de grande instance de Ouagadougou, pour être jugé.

Des faits


Des faits il ressort que M. Kiemdé, à l’heure du couvre-feu instauré pour lutter contre la propagation de la covid-19 au Burkina Faso, a décidé de se rendre au guichet automatique de la société bancaire ECOBANK, sise à côté de la station Shell dans le quartier Pissy, pour voler de l’argent qui, selon lui se trouve dans la machine à exactement 01h du matin.

C’est en essayant d’ouvrir la machine afin de pouvoir dérober l’argent que ça contenait que le vigil du GAB a pu l’interrompre et a ensuite appelé les autorités.

À la question du Président du Tribunal de savoir ce qu’il faisait dehors à cette heure, M. Kiemdé a répondu qu’il se baladait, car il n’avait pas sommeil. Par ailleurs, il a reconnu les faits qui lui sont reprochés. En effet, face aux juges, il a admis s’être rendu au guichet automatique pour voler.

Des réquisitions du procureur


Pour le procureur en plus d’avoir violer le décret instaurant le couvre-feu, M. Kiemdé est allé au-delà, en voulant perpétrer un vol. En effet, le Procureur a expliqué que ce dernier s’est introduit dans le GAB pour détruire la machine et emporter l’argent qui s’y trouvait.

La tentative de vol est punie par le code pénal. La tentative est définie comme étant le fait de se lancer dans la commission d’une infraction, sans pouvoir l’achever. En l’espèce, M. Kiemdé s’est introduit dans le GAB et en voulant voler il a été interrompu par le vigil, ce qui signifie que l’infraction est consommée.

Quant au vol, il est défini à l’article 611-1 du code pénal comme étant la soustraction frauduleuse de la chose d’autrui. Ici il est clair que l’infraction de tentative de vol est caractérisé vu qu’il n’est pas le propriétaire du GAB et ne détenait pas de carte bancaire.

En répression de cette infraction de tentative de vol, le Procureur a demandé au tribunal de punir le prévenu Kiemdé à une peine d’emprisonnement de douze (12) mois et au paiement d’une amende de 500 000 FCFA, le tout ferme conformément à l’article 611-2 du code pénal.

Décision de la cour

La cour, statuant publiquement et contradictoirement en matière correctionnelle et en premier ressort, a déclaré M. Kiemdé coupable des faits à lui reprochés et en répression l’a condamné à une peine de prison de douze (12) mois, dont six (06) mois ferme et six (06) mois avec sursis. Par ailleurs, il a été soumis au paiement d’une amende de 500 000 FCFA assorti de sursis.

Judith Kabré

Droit Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *