Informateur de la BAC, il aidait des criminels à s’enfuir contre de l’argent

Revue des Cours et Tribunaux

Dans le but de soutirer de l’argent à des individus courant décembre 2019, M. Tenkodogo se fait passer pour un policier. Devant le TGI de Ouagadougou, le 14 février 2020, il devait répondre de ses faits.

L’accusé M. Tenkodogo a reconnu les faits et les relate en ces termes : « je suis un informateur de la BAC (brigade anti criminalité), on me dit de surveiller des individus suspects et de fournir des informations nécessaires à leur arrestation. Mais après chaque opération je pars voir l’individu en question et lui dire ceci : monsieur, les policiers vont venir t’arrêter donne-moi telle somme et je t’aide à t’enfuir ».

Cette forfaiture dans laquelle le prévenu s’est lancé lui coutera la peau des fesses. En effet, en mis décembre 2019, M. Tenkodogo avait été envoyé par la BAC (selon ses dires) pour des informations sur un individu détenteur d’un faux chèque qui s’apprêtait à encaisser son chèque dans une Banque de la place. Le prévenu après avoir transféré les informations au niveau de la Brigade a accosté l’individu en question et s’est présenté comme étant un policier avec des menottes, pour lui prévenir de son arrestation en échange de la somme de 2000 FCFA. La BAC informée de ses agissements a procédé à son arrestation le 30 décembre 2019.

Des observations et réquisitions du Procureur

Le Procureur affirme que M. Tenkodogo n’était pas en fonction pour la BAC lorsqu’il a été arrêté. Les menottes retrouvées sur lui lors de son arrestation sont des menottes avec lesquels un condamné s’est évadé, ajoute le procureur. Le prévenu affirme avoir récupérer les menottes pour avoir la confiance de l’évadé afin de permettre son arrestation. Le procureur estime que le prévenu n’est pas un informateur mais qu’il est celui qui facilite la fuite des délinquants.

En enquête la Brigade a affirmée n’avoir jamais envoyé l’individu comme informateur. Il n’est donc pas un policier. Selon le procureur, le prévenu n’est pas à son premier forfait car il utilisait ce titre pour soutirer de l’argent aux honnêtes citoyens. Par conséquent l’infraction d’usurpation d’identité est constituée. Il a demandé au tribunal de déclarer coupable M. Tenkodogo et de le condamner à 18 mois de prison et au paiement d’une amende de 250 000 FCFA le tout assorti de sursis.
Pour les avocats de la défense, M. Tenkodogo a reconnu ne pas être un policier, mais qu’il est important de remarquer que c’est un maillon de l’information policière, son seul défaut est d’en avoir abusé. Pour eux, leur client n’est ni irrécupérable ni récidiviste. C’est dans ce sens que la partie a plaidée coupable son client, mais a demandé la clémence du Tribunal pour ne pas rendre ferme la décision qu’il prendra au regard du rôle qu’il a joué et surtout avec la situation sécuritaire du pays qui prévaut actuellement.

La décision du Tribunal


Le Tribunal statuant publiquement et contradictoirement en matière correctionnelle et en premier ressort, déclaré M. Tenkodogo coupable des faits qui lui sont reprochés et le condamne par conséquent à 8 mois de prison et au paiement d’une amende de 500 000 FCFA, le tout ferme.

Daouda Sory
Droitinfo.bf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *