Category Archive : Communiqués-annonces-déclarations

Pub..

Ce jour 05 février 2020 aux environs de 14 heures, Nous étions informés de ce qu’un incendie venait de se produire dans un garage situé au secteur 51, arrondissement n°11 de la ville de Ouagadougou.


Nous avons effectué un transport sur les lieux avec les éléments du commissariat de police et de la brigade ville de gendarmerie de l’arrondissement de Bogodogo ainsi que la police technique et scientifique, pour les constatations d’usage.
Les premières constatations font ressortir le bilan suivant :

  • Un mort ;
  • Un blessé grave transporté d’urgence au Centre hospitalier universitaire de Tingandogo ;
  • Et des dégâts matériels très importants.
    Nous tenons à saluer la promptitude des sapeurs pompiers à circonscrire le feu.
    Une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances de l’incendie.
    Nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille de la victime décédée et un prompt rétablissement au blessé.

Procureur du Faso
Harouna YODA

Pub..

Le 15 novembre 2008, s’est produit au PK 14 de Boromo, un accident de la circulation routière entre un autocar reliant la ville de Koudougou à celle de San-Pedro (RCI) et un véhicule semi-remorque.

Il est résulté du drame 72 morts et une cinquantaine de blessés. Depuis lors, l’Africaine des Assurances ex -Solidarité Africaine des Assurances (SAFA), une société d’assurances domiciliée en république de Côte-d’Ivoire, recherche certaines victimes blessées et les proches de victimes décédées afin de leur communiquer une offre de transaction.

A cet effet, le Procureur du Faso près le TGI de Boromo invite les victimes blessées ou ayants-droit des victimes décédées ci-après dénommées à prendre urgemment attache avec la brigade territoriale de Gendarmerie de Boromo.

Le Procureur du Faso
ZOUGROUANA Roger-André

Pub..

Il se faisait appeler « Poulo le Lion ». A la tête d’un gang composé de huit (08) individus spécialisés dans les vols et recels d’engins à deux roues et divers autres objets, il écumait les quartiers Tanghin, Bendogo, Patte d’oie, Toeyibin, cité ASECNA et autres lieux de la ville de Ouagadougou.

Sillonnant les quartiers de la ville à la recherche d’opportunités criminelles, ce gang n’hésitait pas à dérober à l’aide de fausses clés, les motos, surtout celles dites « originales », à leur portée. De même, escalader les murs la nuit tombée pour emporter tout objet de valeur trouvé, était leur sport favori. Le butin recueilli était revendu à bas prix sur place ou convoyé dans les localités voisines pour y être écoulé.

La détermination des éléments du Commissaire de Police LANKOANDE Emmanuel, Commissaire de Police de l’arrondissement de Bogodogo, combinée à la franche collaboration des populations, a permis l’interpellation de toute la bande à « Poulo le Lion ». Entre les mains du gang, vingt-deux (22) vélomoteurs de diverses marques, quinze (15) bouteilles de gaz, vingt-six (26) téléphones portables, entre autres, ont été retrouvés et saisis.

C’est désormais un ‘’lion’’ édenté et ses disciples qui méditent sur leur sort, entre les mains de la justice, depuis la matinée du 18 décembre 2019.

A l’orée de ces fêtes de fin d’année, les populations sont invitées à rester vigilantes et à dénoncer toute activité suspecte aux Forces de Défense et de Sécurité via notamment les numéros verts que sont : le 17 (Police Nationale), le 16 (Gendarmerie Nationale) et le 1010 (Centre National de veille et d’Alerte), pour une coproduction satisfaisante de la sécurité dans nos villes et campagnes. « Ensemble, nous sommes toujours plus forts que l’insécurité », dit bien à propos le slogan de la Police de proximité.

Police nationale du Burkina Faso

Pub..

Dans le cadre de la lutte contre l’insécurité urbaine sous toutes ses formes dans la ville de Ouagadougou, le Commissariat Central de Police de la ville de Ouagadougou (CCPO), à travers ses services techniques, a mis hors d’état de nuire trois (03) réseaux de malfaiteurs spécialisés entre autre dans les vols et recels d’engins à deux roues, de l’escroquerie en bande organisée et des faits de tromperie de consommateurs.

Ils sont plus d’une dizaine ces présumés malfrats qui écumaient la ville de Ouagadougou. Le butin saisi entre leurs mains se composent entre autres de : quarante (40) vélomoteurs de diverses marques ; deux (02) tricycles de marque APSONIC; une somme de trois cent dix-sept mille (317.000) FCFA; cinq (05) cartes SIM d’Orange Burkina; dix (10) téléphones portables.

Concernant leur mode opératoire, certains membres du groupe spécialisé dans les vols et recels sillonnaient la ville à la recherche de leurs cibles et n’hésitaient pas à dérober tout engin à leur portée et ce, à l’aide de fausses clés. Les autres membres sont chargés soit de la vente des engins volés, soit de les démonter et acheminer les pièces détachées dans une de leurs boutiques de vente de pièces d’engins.

S’agissant du réseau spécialisé en tromperie de consommateurs, il se fait livrer un important lot de bidons d’huile par le circuit de la fraude depuis Cinkansé/frontière Togo. Une fois reçus, le présumé auteur principal procède à leur décapsulage et les quantités d’huile sont diminuées pour être reconditionner dans d’autres bidons. Ces bidons sont revêtus de leurs bouchons à l’aide d’un système de chauffage faisant croire aux consommateurs de la conformité du bidon avec son contenu.

Ces « nouveaux bidons au contenu minoré », dont la qualité est douteuse, sont remis sur le marché de la consommation.

Quant aux présumés escrocs en bande organisée, ils identifient leur victime, l’étudient minutieusement et, passant pour l’un de ses proches collaborateurs, lui proposent une affaire alléchante. A travers plusieurs conversations téléphoniques et des stratagèmes, ils arrivent à spolier la victime et une fois que le tour est joué, ils rompent tout contact avec elle. Le plus souvent, la somme d’argent soutirée est rapidement transférée à l’étranger dans le but d’échapper à tout blocage de l’opération entreprise par les opérateurs de réseaux.

Ces résultats sont également le fruit de la collaboration avec les populations qui sont par ailleurs invitées à rester toujours vigilantes et à dénoncer tout cas suspect aux Forces de Défense et de Sécurité via les numéros verts que sont : le 17 (Police Nationale), le 16 (Gendarmerie Nationale) et le 1010 (centre National de Veille et d’Alerte).

Source : Page Facebook de la Police Nationale du Burkina Faso

www.droitinfo.bf

Pub..


Le Conseil Supérieur de la Communication (CSC), en application de l’article 46 de la loi organique n°015-2013/AN du 14 mai 2013 relatif à ses attributions, sa composition, son organisation et son fonctionnement, a décidé le 15 novembre 2019, de la suspension de l’émission « Biibénooré », sur les antennes de la radio commerciale « Optima FM » émettant sur la fréquence 106.8 Mhz.


Cette décision fait suite à un constat du CSC, « à des manquements à l’éthique et à la déontologie régissant le traitement de l’information ». Elle compte de la date du 18 novembre 2019 au 18 février 2020.

Droitinfo.bf

La rédaction

Pub..

Le Procureur du Faso près le tribunal de grande instance de Ouagadougou, informe l’opinion publique nationale et les parents des victimes décédées lors de l’attaque du convoi de la mine d’or de la société SEMAFO Sa le 06 novembre 2019 sur l’axe Ouragou-Boungou dans la région de l’Est/Province du Gourma, que les neuf (09) corps qui attendaient encore d’être identifiés l’ont été comme étant ceux de :

1- BAZOUN Sylvie,

2- GUIRE B. J. Arnaud,

3- GUIRAUD Ibrahima dit Jean-Baptiste,

4- PODA Sié Benjamin,

5- SANOU Moussa,

6- SEYNOU Moussa,

7- SONDE Abdoulaye,

8- SYLGA Gilbert,

9- TAPSOBA Ernest Sévérin,

Il informe par ailleurs les familles des victimes décédées qu’un communiqué ultérieur les invitera à venir procéder au retrait des certificats de décès nécessaires à l’établissement des actes de décès.

Il réitère ses sincères condoléances aux familles des victimes décédées et souhaite prompt rétablissement aux blessés.

Fait à Ouagadougou, le 09 novembre 2019 
Le Procureur du Faso                               
     YODA Harou
Pub..

Le Procureur du Faso près le tribunal de grande instance de Ouagadougou, informe l’opinion publique nationale et les parents des victimes décédées lors de l’attaque du convoi de la mine d’or de la société SEMAFO Sa le 06 novembre 2019 sur l’axe Ouragou-Boungou dans la région de l’Est/Province du Gourma, que l’examen des corps qui avait été demandé au médecin légiste est à présent terminé.

Sur la base des documents d’identité trouvés sur les dépouilles mortelles, le concours des familles et des employeurs vingt-neuf (29) corps ont été formellement identifiés. Les identités desdites victimes décédées sont les suivantes :

1- BARRO Diakalia,

2- BENOA Bahouda Mohamed,

3- CONGO Halilou,

4- DAH Aboukari,

5- GAMBERE Somyeguebnoma Thierry Jules,

6- HEMA Sibiri Manké,

7- KABORE Grégoire,

8- MAÏGA Hama Amadou,

9- NABALOUM Mahamoudou,

10- OUALI Ouinténi Jérémie,

11- OUEDRAOGO Oambi,

12- OUEDRAOGO Elysé,

13- OUEDRAOGO Cheik Ahmed Rahid Relwindé,

14- OUEDRAOGO Toussaint,

15- OUEDRAOGO Issa,

16- OUEDRAOGO Issoufou,

17- OUATTARA Moussa,

18- PORGO Mohamadi,

19- SAVADOGO Salifou,

20- SANOGO Abou Dramane,

21- SOMA Baba Edmond,

22- SOMDA Boku Sévérin,

23- SOUBEIGA Tuuwensida Remond,

24- TRAORE Mamadou,

25- THIOMBIANO Tiladia Augustin,

26- TIEMTORE Noufou,

27- TANKOANO Foldjoa,

28- YAOGO Clément Francis,

29- ZONG-NABA Arzouma Noël,

Les corps de neuf (09) personnes attendent encore d’être identifiés.

Il informe par ailleurs les familles des vingt-neuf (29) personnes formellement identifiées qu’elles pourront procéder à l’enlèvement des corps de leur parent à la Morgue de l’Hôpital de District de Bogodogo ce jour même à partir de 17 heures 00 minutes.

Il réitère ses sincères condoléances aux familles des victimes décédées et souhaitons prompt rétablissement aux blessés.

Fait à Ouagadougou, le 08 novembre 2109

Le Procureur du Faso 

   YODA Harouna
Pub..

Suite à l’attaque du convoi de la mine d’or de la société SEMAFO Sa le 06 novembre 2019 sur l’axe Ouragou-Boungou dans la région de l’Est/Province du Gourma, la Brigade Spéciale des Investigations Anti-terroristes et de Lutte contre la Criminalité Organisée a été instruite d’ouvrir une enquête de flagrance. Dans le cadre de cette enquête, trente-huit (38) corps ont été déposés à la Morgue de l’Hôpital de District de Bogodogo.

Nous informons les populations et les familles des victimes que des actes médico-légaux, notamment des examens de corps, doivent être accomplis sur les dépouilles mortelles pour les besoins de l’enquête judiciaire et pour permettre la délivrance de certificats de décès par le médecin légiste. Par conséquent nous prions les parents des victimes de bien vouloir attendre qu’un communiqué ultérieur les invite à procéder à l’identification et à l’enlèvement des corps.

Nous présentons nos condoléances les plus attristées aux familles des victimes décédées et souhaitons prompt rétablissement aux blessés.

Fait à Ouagadougou, le 08 novembre 2109
 Le Procureur du Faso

                                     
        YODA Harouna
Pub..

Le 31 octobre 2019, l’opinion publique apprenait par le canal des réseaux sociaux le décès du sieur NIKIEMA Wendbénédo René des suites de ses blessures. Il faut rappeler que celui-ci avait été victime d’une agression par arme à feu dans la soirée du 27 octobre 2019.

Les premiers éléments de l’enquête ouverte suite à cet incident faisaient état de ce que dans la soirée du 27 octobre 2019 aux environs de 17 h 30 minutes, le gérant d’une boutique orange money a été victime d’un braquage par un individu armé non identifié évoluant sur un vélomoteur de marque Yamaha 135 dans le quartier Bilbalogho de Ouagadougou. Ayant entendu les cris de la victime « au voleur, au voleur », le sieur NIKIEMA Wendbénédo René, qui habite à proximité de ladite boutique, sortait et apercevait un individu sur un vélomoteur qui tentait de prendre la fuite. Parvenu à sa hauteur, le sieur NIKIEMA Wendbénédo René, déséquilibrait le fuyard en le chutant et tous les deux tombaient. C’est en se relevant que le braqueur a tiré à bout portant sur le sieur NIKIEMA Wendbénédo René au niveau de l’abdomen avant de prendre la fuite, abandonnant son vélomoteur. Au cours de sa fuite, une autre personne de sexe féminin sera braquée et dépossédée de son vélomoteur avec lequel le délinquant s’est échappé.

Nous présentons nos condoléances les plus attristées à la famille de Monsieur NIKIEMA Wendbénédo René.

L’enquête suit son cours et nous tenons à rassurer l’opinion publique que tout sera mis en œuvre pour faire la lumière sur la mort du sieur NIKIEMA Wendbénédo René.

Dans la matinée de la même journée du 31 octobre 2019, aux environs de neuf (09) heures les services de police avaient été saisis de ce qu’un colis suspect aurait été découvert dans la zone du quartier Rayongo de Ouagadougou. Une équipe de la Brigade Anti-Criminalité se déployait sur les lieux pour créer un cordon de sécurité. Le génie militaire et la Brigade Spéciale des Investigations Anti-terroristes et de Lutte contre la Criminalité Organisée (BSIAT) s’y transportaient également.

Les premières constatations décrivaient ledit engin comme ressemblant à une bonbonne de gaz telle celle contenue dans le climatiseur central d’une grande surface. Les informations recueillies sur place faisaient ressortir également que des individus non identifiés avaient été aperçus dans la nuit du mercredi 30 octobre 2019 y déposant ledit engin à l’aide d’un tricycle.

Le génie militaire procédait finalement à la destruction de l’engin avec un explosif militaire, toute chose qui a provoqué une forte détonation, une onde de choc et un dégagement de feu et de fumée sans faire de victime.

Les premières constatations faites par l’équipe de la BSIAT, après la destruction de l’engin, faisaient ressortir qu’aucune substance explosive n’était à l’intérieur de la bonbonne.

Une enquête a également été ouverte sur cet incident afin d’identifier les personnes qui ont déposé cette bonbonne de gaz à cet endroit, de déterminer les circonstances de l’arrivée de ladite bonbonne en ces lieux et les intentions de ceux qui l’y ont déposé.

Nous lançons enfin un appel à témoin pour aider dans la recherche et l’identification de l’agresseur du sieur NIKIEMA Wendbénédo René et des personnes ayant déposé la bonbonne de gaz dans le quartier Rayongo de Ouagadougou. Toute personne désireuse d’apporter son témoignage peut saisir l’un des commissariats de police ou l’une des brigades de gendarmerie les plus proches.

LE PROCUREUR DU FASO 

 YODA Harouna
Pub..