Burkina Faso : les établissements pénitentiaires ou « prisons »

Les ABC du droit


Les établissements pénitentiaires ou « prisons » sont des lieux privatifs de liberté des personnes placées sous-main de justice, à l’exception de celles gardées à vue. Ils sont créés par décret pris en Conseil des ministres sur proposition du ministre en charge de la justice.

droitinfo.bf

Photo d’illustration
Réservée à qui de droit

Au Burkina Faso, on distingue sept (7) catégories de prisons. Il s’agit :

Des maisons d’arrêt : elles sont destinées à recevoir les prévenus, les inculpés et les accusés. Aux termes de l’article 3 de la loi N°010-2017/AN portant régime pénitentiaire au Burkina Faso, un prévenu est une personne faisant l’objet de poursuites pénales et en attente d’une décision définitive, un inculpé est une personne détenue en vertu d’un mandat du juge d’instruction et un accusé est une personne détenue en vertu d’un mandat de la chambre d’accusation.

Des maisons de correction : elles sont destinées à recevoir les condamnés à de courtes peines.

Des maisons centrales : elles sont destinées à recevoir les condamnés difficiles et les condamnés à de longues peines. Un condamné difficile est une personne ayant fait l’objet d’une décision de condamnation à une peine privative de liberté ayant acquis le caractère définitif et qui présente un caractère de dangerosité, un risque d’évasion ou qui refuse de respecter le règlement intérieur de l’établissement.

Des centres pénitentiaires agricoles : Ils sont destinés à recevoir les condamnés bénéficiaires du régime de semi-liberté.

Des centres de rééducation et de formation professionnelle des mineurs : Ils sont destinés à recevoir les mineurs condamnés à une peine d’emprisonnement.

Des centres d’accueil pour mineurs : Ils sont destinés à recevoir les mineurs en conflit avec la loi faisant l’objet d’une mesure de garde provisoire ou de détention préventive.

Un établissement pénitentiaire (Prison) peut servir à la fois de maison d’arrêt, de maison de correction, de maison centrale et de centre d’accueil pour mineurs.

Il est créé en plus un établissement pénitentiaire à statut particulier dit prison de haute sécurité. Il est destiné à recevoir des détenus extrêmement dangereux et des détenus pour acte de terrorisme ou d’extrémisme violent.

Il est institué auprès de chaque établissement pénitentiaire un comité de suivi de l’action éducative et de la réinsertion sociale chargé de favoriser la rééducation et la réinsertion sociale des détenus. Le comité peut également concourir au bon fonctionnement de l’établissement.

Photo d’illustration
Réservée à qui de droit

Palé Palé
droitinfo.bf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *