Jour : 4 février 2020

Pub..

Du 26 au 31 janvier 2020, Ouagadougou, la capitale burkinabè, a accueilli les parlementaires des 54 Parlements membres de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI), dans le cadre de la 15e session de la Conférence de l’UPCI.

C’est à l’issue de la réunion du comité Exécutif, l’un des organes de l’UPCI, que le Chef du Parlement du Burkina Faso, Alassane Bala Sakandé, a été porté par ces pairs, à la tête de l’Union, pour le mandat d’une année. En effet, à chaque ouverture de Conférence, la première réunion qui se tient, est celle du comité Exécutif, a expliqué le Président de l’Assemblée nationale.

« Ce n’est pas à moi Alassane Bala, qu’on a passé le bâton de commandement de l’UPCI, mais à l’ensemble des députés du Burkina Faso », a déclaré le Président Sakandé. Il a confié que sans les efforts conjugués de chacun des parlementaires, sans distinctions de bord politique, rien aurait été possible.

En rappel, l’Union parlementaire des Etats membres de l’Organisation de la Coopération islamique (UPCI), constitue la deuxième plus grande organisation mondiale, après l’ONU. Elle vise entre autres objectifs à : promouvoir la coordination entre les peuples en faveur du respect et de la protection des droits de l’homme, des principes humanitaires et une paix fondée sur la justice ; promouvoir les rencontres et le dialogue entre Parlements, l’échange d’expériences, le débat sur les questions d’intérêt commun et faire face aux graves défis et aux tentatives de domination culturelle, politique et économique ; renforcer et apporter son soutien à la mise en œuvre du principe islamique de concertation dans tous les Etats membres de l’Union, en tenant compte des Constitutions et des circonstances propres à chaque pays.

Placée sous le thème général « les jeunes, l’avenir de l’UPCI », la 15e conférence de l’Union parlementaire des Etats membres de l’Organisation de la Coopération islamique (UPCI), a accordée une place de choix aux problèmes des femmes et des jeunes dans les débats. Chose dont s’est réjouit le nouveau Président de l’Union. « …les jeunes, au même titre que les femmes, restent les grands oubliés des politiques publiques dans nombre d’Etats de l’UPCI », a regretté le Président. La jeunesse est l’avenir de toute nation. Mais une jeunesse désœuvrée, abandonnée, méprisée et malmenée, constitue une force tellurique à laquelle aucun pouvoir ne peut résister, car « quand les jeunes sont mécontents de leurs dirigeants, ils s’attroupent. Et quand ils s’attroupent, ils s’insurgent », a poursuivit Bala Sakandé.

Cynthia Valéa

Droitinfo.bf